Soirée de Sonates pour violoncelle et piano : Sébastien Singer - Yukiko Tanaka

Soirée de Sonates pour violoncelle et piano :  Sébastien Singer - Yukiko Tanaka

Le 15 Février 2020 18:30

à Salle des fêtes La Palun Tarif: 15€ gratuit pour les moins de 18 ans

Visites: 814


Sébastien Singer - Violoncelle

Yukiko Tanaka - Piano

Au programme:

  • Johannes Brahms sonate op.38
  • Claude Debussy Sonate
  • Serge Prokofiev sonate op.119

 

*** Johannes Brahms (1833-1897) Sonate op. 38 en mi mineur pour violoncelle et piano    yakiko tanaka site

D’essence romantique, cette sonate dégage une profonde mélancolie à l’instar de son premier mouvement Allegro non troppo très lyrique. Le gracieux Allegretto quasi menuetto qui forme le deuxième mouvement développe quant à lui des accents tziganes, tandis que le final Allegro, avec sa forme fuguée, résonne comme un double hommage à Bach et Beethoven. Brahms a plus tard pensé à rajouter un quatrième mouvement pour finalement se raviser, signe que l’oeuvre se suffisait peut-être déjà à elle-même.

  • Allegro non troppo
  • Allegretto quasi minuetto
  • Allegro

*** Claude Debussy (1862-1918) Sonate en ré mineur pour violoncelle et piano (CD 144)

Cette sonate fait partie des dernières œuvres du compositeur, écrite en quelques jours entre la fin juillet et le début août 1915, lors du séjour de Debussy à Pourville au bord de la mer, en dépit des premiers signes d'affaiblissement du compositeur. 

  • Prologue
  • Sérénade
  • Final

*** Serge Prokofiev (1891-1953) Sonate op. 119 en do majeur pour violoncelle et piano

Écrite en 1949, La Sonate pour violoncelle et piano en Do majeur est une œuvre du compositeur russe Sergueï Prokofiev (1891-1953). Treize ans plus tôt, celui-ci revient en URSS à l’époque où tant d’autres préfèrent s’exiler. Incompris par les autorités culturelles, malgré son effort pour se faire plus accessible, c’est sa rencontre avec le violoncelliste et futur dissident Mstislav Rostropovitch qui lui inspire cette sonate peu académique. Elle débute par un Andante grave qui alterne lenteur et vivacité avec une partition qui cherche à exprimer toutes les possibilités du violoncelle. Le deuxième mouvement, Moderato, s’il est le plus traditionnel, est en réalité un scherzo évoquant tout autant une danse populaire qu’une marche militaire. Le final, Allegro ma non troppo, s’apparente quant à lui à un rondo. Solennelle, poétique, la sonate dessine un îlot de liberté en pleine dictature.

  • Andante grave
  • Moderato
  • Allegro, ma non troppo