François Daudin Clavaud françois daudin clavaud

Après avoir suivi ses études au conservatoire de Lille, François Daudin Clavaud les poursuit au conservatoire du Xème arrondissement et à l’École Normale de Musique où il étudie avec les flûtistes Ida Ribera, Sophie Cherrier, Patrice Bocquillon et Patrick Gallois.
En 1984, il fonde le Trio d’Argent avec les flûtistesMichel Boizot et Xavier Saint-Bonnet. Avec cet ensemble, il intègre très rapidement la Fondation Yehudi Menuhin et les JMF avant de mener une carrière internationale qui dure maintenant depuis plus de trente-cinq ans. Avec le Trio d’Argent, il est amené à jouer avec de artistes tel que Jean-Pierre Rampal, Maxence Larrieu, Patrick Gallois, Michel Moragues, Juliette Hurel… mais également en soliste avec l’Orchestres de Roumanie, l’Orchestre de Jalapa ou l’Orchestre Philarmonique de la Ville de Mexico. Avec le trio, il a également été invité dans de nombreux festivals dont le Festival de la Vézère, le Festival des Détours de Babel, le Festival de Sully sur Loire, le Festival de Normandie, le Festival d’Ile de France… ou à l’étranger au Festival International Cervantino, au Foro de Musica Nueva à Mexico, au Festival de Tachkent…
Parallèlement il donne plusieurs récitals avec le pianiste Jeff Cohen avec qui il enregistre des sonates de Mozart. Il conçoit également plusieurs concerts-lecture en collaboration avec la comédienne Marie-Christine Barrault, dont Mozart et la pluie sur un texte de Christian Bobin, Caprices et Fantaisies autour de la correspondance entre Voltaire et Frédéric II de Prusse et La suite nomade.
Musicien complet, il mène une carrière de compositeur avec à son catalogue de nombreuses pièces écrites pour le Trio d’Argent mais aussi pour des petits ensembles ou formations orchestrales (harmonie, orchestre symphonique).
Son intérêt pour les musiques improvisées et les arts numériques le conduise en collaboration avec le compositeur Leon Milo à élaborer un système de traitement numérique du son en temps réel. Ce système permet notamment de créer des interactions entre le son, le mouvement et les images de synthèses. Ils créent ainsi plusieurs spectacles en intégrant des oeuvres du plasticien Miguel Chevalier. Depuis quelques années il poursuit ce travail avec l’élaboration d’une interface lui permettant de dessiner à partir du son. Dans ce même esprit, il a élaboré en 2019, le pêcheur de neige, une performance pour flûte improvisée avec le calligraphe Shanshan Sun.

 

.